La représentation des armes à feu pour les Etats-Unis

  Après une guerre d’indépendance menée contre les anglais et remportée par les treize colonies le 4 juillet 1776, les différents peuples habitant les Etats-Unis se réunirent et décidèrent d’adopter une constitution le 17 septembre 1787 et qui est entrée en vigueur le 4 mars 1789 (la constitution américaine est donc l’une des plus vieilles encore en vigueur aujourd’hui). Au sein de cette constitution, sont précisés les droits des citoyens américains au travers des 27 amendements.

Les Américains ont par exemple la liberté de religion et de penser garantie par le premier amendement, des droits judiciaires officialisés par plusieurs amendements et de nombreux autres droits.

Celui qui nous intéresse particulièrement est le second amendement de la Constitution. En effet il donne aux citoyens Américains le droit de porter une arme en ces termes :

« Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un État libre, le droit qu'a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé ».


Ainsi, les citoyens Américains tiennent ce droit pour acquis et divin. Malgré toutes les exhortations des citoyens et hommes politiques (comme par exemple le maire de New York, Mickael Bloomberg du parti démocrate) à réglementer plus durement les lois, les choses sont loin de changer et tous les projets de lois sont froidement repoussés notamment à cause de la NRA (National Rifle Association), le lobby américain très puissant et influent qui, dès qu’un projet de loi est lancé, crie au scandale et accuse les hommes politiques de vouloir supprimer les droits des citoyens Américains.

Par exemple, suite au projet d’octobre 2012 de régler la vente d’armes, Wayne Lapierre, vice-président et porte parole de la NRA, a organisé une conférence de presse dans laquelle il a dénoncé les « politiques liberticides qui nuisent au droit des citoyens à se défendre ».


gty-wayne-lapierre-jt-121223-wg.jpg

Wayne Lapierre, vice-président et porte parole de la NRA


De plus, un sondage montre que les citoyens des Etats-Unis ne sont pas favorables à des lois plus dures contre les armes à feu (44% aujourd’hui alors qu’ils étaient 80% en 1990).

Le président Obama a déclaré dans son programme qu’il n’enlèverait pas leurs armes aux citoyens, bien qu’il pense qu’il faudrait encadrer certaines pratiques (les personnes qui ne devraient pas en posséder n’y auraient pas accès). Selon lui, il faudrait empêcher les fugitifs et criminels d’y avoir accès en vérifiant les casiers judiciaires de chaque personne se rendant chez un armurier. Mitt Romney, candidat républicain des dernières élections présidentielles de 2012, entre autre le rival politique du président, souhaite « encadrer les personnes à risque ». Cependant même ceci paraît impossible et aucune loi à grande échelle ne semble sur le point de passer. En effet, toutes se sont soldées par des échecs cuisants. Par exemple, en 1994, une loi interdisant le port d’AK-47 est votée, cependant ce droit est rétabli en 2004 à cause d’une vive pression de la NRA exercée sur le Senat. Il existe même une loi à Virgin (Utah) qui oblige tous les résidents à porter une arme afin que « chacun puisse veiller sur son prochain ».

La NRA a donc un rôle très important à jouer dans la lutte pour le maintien des armes et il a des arguments plus que convaincants. En effet, il comptait en 2010 4,3 millions de membres (soit 1,4% de la population des Etats-Unis ce qui représente un chiffre colossal) et a reçu de la part des sympathisants 220 millions de dollars de dons ce qui équivaut à 170 millions d’euros. De plus, la NRA compte parmi ses membres actifs des personnes très populaires. En effet, le président du lobby en 1999, au moment de la fusillade de Columbine, était Charlton Heston. 


nra-heston.jpg

Charlton Heston brandit son arme lors d'un meeting avec cette phrase : "Si vous voulez mon arme, il faudra me passer dessus !"


Mais d’autres personnes très influentes et célèbres dans le monde entier font partie de cette organisation. Ainsi, la NRA transforme le Second Amendement en pilier de la culture américaine ce qui a conduit un journaliste du Washington Post à dire que le lobby est complice de toutes ces fusillades.


nra-1.jpg

Logo de la National Riffle Association


Ainsi, grâce à cette association luttant pour un usage non restrictif des armes à feu, il est légal dans 38 Etats de porter des armes dissimulées.


armes-ecoliers-1.jpg

Armes dissimulées sur une seule personne


Par ailleurs, on constate que les démocrates, en faveur de lois plus dures contre les armes à feu perdent du terrain à la chambre des députés comme au Sénat, ce qui laisse également penser que les armes ont encore de beaux jours devant elles.

gop.jpgSymbole du parti Républicain

Il est également très curieux de constater que le contrôle des armes aux Etats-Unis est moins important que celui effectué sur les jeux et même sur le fromage. Il est par exemple interdit de consommer du fromage au lait cru (camembert...) car les normes d’hygiène ne sont pas respectées et il y a donc un potentiel danger pour le consommateur alors que les armes de guerre, dont le danger est bien réel, sont autorisées.


guns-cheese-1.jpg

Guns VS Cheeses


Cependant, ces dernières années de nombreux lobbies anti-armes ont vu le jour et des projets de loi ont pu être déposés comme par exemple l’interdiction quasi-totale de porter des armes sur soi dans la capitale Washington. De plus, suite à la fusillade de Sandy Hook, New York a décidé de renforcer sa politique et d’accentuer le contrôle sur les armes à feu en interdisant les armes d’assaut et en limitant l’accès aux chargeurs à grandes capacités. Ces lois ont permis la limitation des chargeurs de 10 à 7 balles et empêcher les personnes souffrant de maladies mentales d’y avoir accès ce qui permet d’améliorer certaines lacunes anciennement présentes dans la loi. Cette loi a été approuvée a une large majorité (49 contre 18) ce qui montre que les hommes politiques, quelque soit leur parti, peuvent s’unir contre les armes ce qui est un signal fort et prouve que la mentalité peut changer. Cependant, il est à noter qu’il aurait fallu attendre une véritable abomination afin que cette mentalité change et que le combat est loin d’être terminé.

Les armes représentent une entité très importante pour les Etats-Unis, leur enlever leurs armes serait comme enlever aux français leurs droits de grève. Les armes sont par conséquent baignées dans la culture américaine et indissociable de l'identité des Etats-Unis. Cependant, suite à une multiplication des massacres (notamment la tuerie de Sandy Hook), les mentalités commencent à évoluer petit à petit et des lois en faveur d’une réglementation plus dure à l'égard des armes à feu sont votées. Toutefois, pour nombre d’Américains ces fusillades restent des « actes isolés » et non un problème social. Enfin, 49% des Américains pense qu’il faut détenir une arme plutôt que de réglementer leur utilisation.






Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site